Katiola solidarité

capturecapture-1

ASSEMBLEE GENERALE DU 25 AOÛT 2017

 

Salle des fêtes d’Aubiac 18h00

Quorum requis: 51/3 = 17

Présents: 24  (+ 1 nouveau cotisant)

Pouvoirs: 0

Total: 25

Le quorum est donc atteint; l’assemblée peut valablement délibérer.

 

Marie Antoinette Lluis, présidente de l’association, ouvre l’assemblée générale en se déclarant heureuse de l’occasion qui lui est donnée par cette assemblée générale statutaire de faire le point sur l’activité de l’association; elle aurait souhaité une participation plus nombreuse des adhérents surtout du fait de la présence du père Jonas qu’elle remercie d’avoir ainsi pu se libérer, mais pense que l’extrême chaleur est la cause des défections; elle remercie le maire d’Aubiac et son Conseil municipal d’avoir bien voulu mettre gratuitement la salle des fêtes de la commune à disposition de l’association.

Elle remercie Jacques Falières, président régional de l’association des Entrepreneurs et dirigeants chrétiens, pour avoir fait cofinancer par son association le projet Dionis consistant à amorcer la rénovation complète de la menuiserie hébergée par le diocèse Katiola, créée par un missionnaire français, laquelle était totalement obsolète et très dangereuse d’utilisation. Jacques Falières et son épouse Dorothée se sont rendus sur place l’hiver dernier mais ont dû être rapatriés d’urgence, Jacques étant tombé gravement malade quelques jours seulement après son arrivée.

Elle adresse également ses remerciements à Régis et Denise Ressaire, vivant entre Aubiac et Abidjan, lesquels sont de précieux convoyeurs des marchandises ivoiriennes que leur remet le père Jonas à destination de l’association Katiola Solidarité: beurre de karité, savon, nappes…Ce sont de plus chez eux que les Dionis ont été accueillis lors de leur arrivée à Abidjan.

Elle remercie enfin tous les adhérents de l’association pour leur participation selon leurs moyens et leur disponibilité aux activités de Katiola Solidarité et présente à l’assemblée le rapport moral, autrement dit le compte rendu des activités du dernier exercice:

Rapport moral

Le Conseil d’administration de l’association a maintenu sa décision prise l’an dernier de fixer la date de l’assemblée générale en août pour que le père Jonas puisse y participer. Aussi, le rapport d’activité concernera l’année 2016 mais aussi le premier semestre 2017.

Manifestations auxquelles nous avons participé ou que nous avons organisées depuis la précédente assemblée générale d’août 2016 :

Loto à Captieux du 5 septembre 2016

Vides grenier les 4 octobre 2016 et 6 février 2017

Opération « couronnes de l’Avent » fin novembre 2016

Marché de Noël à Bazas

Concert de trompes et orgues à la Cathédrale de Bazas le 21 avril 2017

Marché aux fleurs de Bazas le 8 mai 2017

Opération « Croix de saint Jean » en juin 2017          

Comme prévu, le nombre des lotos a été réduit car l’effort consenti n’a pas du tout été récompensé par des recettes nettes décevantes lors des dernières éditions. Les deux vides grenier ont été satisfaisants et surtout, le succès est venu du concert de trompes et orgues.

Outre ces manifestations et souvent à leur occasion ont eu lieu des ventes de produits africains, nappes, beurre de karité et savon; des ventes intéressantes ont eu lieu en particulier à Langon et certaines paroisses de ce secteur pastoral dont le curé, le père Joseph Péloquin nous a accueilli complaisamment.

Avec le produit de toutes ces activités, nous avons pu donner à la Caritas de Katiola, pour les œuvres du père Jonas, la somme de 6500€ sur l’exercice 2016 dont 2500€ affectés au projet Dionis.

Nous nous félicitons d’avoir soutenu ce projet qui s’est concrétisé lors d’un séjour de Christian et Brigitte Dionis de 4 mois à Katiola; ils ont eu l’occasion de vous détailler leurs réalisations lors de la soirée d’information qu’ils ont organisée. A noter que Béatrice Boudeau qui a été la première présidente de Katiola Solidarité a également fait un séjour à Katiola de quinze jours.

Pour le reste des fonds envoyés, le père Jonas prendra la parole pour vous détailler leur emploi.

 Manifestations à venir:

Loto: aucune date n’a pour l’instant été retenue         

Vide grenier: le dimanche 12 novembre à Captieux; aucune date pour l’instant n’est fixée pour le 1er semestre 2018 (début d’année?)

Couronnes de l’Avent fin novembre

Marché de Noël à Bazas début décembre

Marché aux fleurs le 8 mai

Concert à la Cathédrale au printemps 2018 (nous sommes en recherche d’un groupe ou d’une chorale)

Croix de Saint Jean en juin

Notre Conseil d’administration manque d’imagination pour trouver de nouvelles activités lucratives. Toute proposition sera bienvenue.

L’association manque par ailleurs vraiment d’adhérents actifs.

Le rapport moral est approuvé à l’unanimité.

Exposé du père Jonas

Le père Jonas remercie l’association, ses adhérents et ses dirigeants pour leur soutien aux activités de la Caritas de Katiola.

« Vous me faites confiance, dit-il, cela me touche. »

Il félicite l’association pour sa mobilisation continue depuis 2013, et cela au nom de la population du diocèse de Katiola.

Il n’a pas le droit de décevoir l’attente des adhérents de l’association; mais l’éloignement et la difficulté des communications font qu’il a conscience de ne pas être toujours bien compris, d’autant plus qu’il lui est nécessaire parfois d’engager des fonds provenant de l’association sur des opérations urgente qu’il juge prioritaire; or, le budget de la Caritas n’a aucune souplesse; seuls les fonds envoyés par l’association peuvent être utilisés comme caisse de secours dans une proportion qui ne dépasse guère 25% des sommes reçues. Ces prélèvements effectués dans l’urgence donnent l’impression peut-être que les projets présentés à l’appui de la demande annuelle de subsides ne sont pas respectés à la lettre. C’est effectivement le cas, mais de façon maitrisée. « Je demande votre indulgence pour ces imperfections ».

Concernant le projet de Doussoulokaha, la coopérative s’est vue dotée d’un fonds de roulement pour l’achat de la récolte de 500€. L’électricité étant arrivée au village, la justification des panneaux solaires prévus au budget 2017 n’est plus d’actualité.

Pour ce qui concerne le projet Dionis, son budget a été écorné par le financement par la nécessité de procéder à la rénovation et à l’équipement du logement mis à disposition par la communauté des sœurs soit au total 1 319 000 F CFA soit 2.011€

La responsable des finances de la Caritas de Katiola n’est pas positionnée à Katiola mais à Abidjan, ce qui ne rend pas forcément très commode le suivi du budget. Il s’agit de Louise Quattara, laquelle suit une chimiothérapie pour un cancer du sein. Elle a envoyé un état de réalisation du budget.

Note du rédacteur : Tel qu’il est ici présenté, le budget a été dépassé, les achats de machines et de matériels s’étant élevés en définitive à 5755€; l’imputation sur ce budget de postes non convenus au préalable entre Christian Dionis et le père Jonas, en particulier la rénovation du logement, explique cet écart.

Projet d’école de Kapissorivogo

Il s’agit d’un projet porté de création d’une école communautaire porté par trois villages de la périphérie de Ferké: Kapissorivogo, Pitchvogo et Dulovogo.

Pour l’année scolaire 2015/2016, une classe a été ouverte dans une hutte traditionnelle avec un professeur volontaire payé par les familles; 54 enfants étaient inscrits dont 31 filles.

Pour l’année scolaire 2016/2017, l’école a été inscrite sur la carte scolaire avec deux professeurs fonctionnaires et 68 élèves. Les villageois ont construit une deuxième hutte et 20 tables-bancs ont été achetés par l’association et 15 par la Caritas. Une association a été créée (Woplinwognon); une réunion tenue le 21 août 2017 a réuni 41 femmes. Ont été évoqués le projet pour la nouvelle année scolaire: la création d’une cantine scolaire pour éviter le retour des enfants chez eux à la pause de midi, le village de Pitchovogo étant distant de 3 km et celui de Douvologgo de 5 km. Pour la faire fonctionner, il est prévu de mettre en culture un champ de maïs et un champ de riz ainsi qu’un potager. Un « comité des sages » s’occupe de la mobilisation des terrains.

La construction d’une école en dur est aussi en projet; il a été chiffré à 27.000€; une contribution de Katiola Solidarité est espérée.

Intervention de Bruno Pourchet, secrétaire de l’association: il s’interroge sur le bien fondé d’encourager une construction en parpaing de ciment alors que les constructions traditionnelles des villages de la région en murs de terre mélangée à de la paille présenterait un confort thermique infiniment meilleur pour une esthétique tout autre. Les techniques de la bauge coffrée, de l’adobe ou du torchis pourraient peut-être être adoptées mais le mieux serait de se conformer à ce qui se pratique dans la région en complétant par un enduit extérieur fait d’un mortier de chaux durci par un peu de ciment prompt.

La parole est passée à Christian Dionis qui arrive juste des environs de Nantes où il a passé quatre jours pour concrétiser des achats importants de machines d’occasion afin de renouveler totalement celles de la menuiserie de Katiola.

En effet, lors de son séjour à Katiola de l’hiver 2016-2017, Christian Dionis a procédé à une remise en route des machines à bois qu’il a trouvées sur place pour faire repartir l’atelier. Mais la très grande majorité de ces machines sont « cuites ». Il faut renouveler de fond en comble l’ensemble. Aussi, ayant réuni 4000€ de ses partenaires de l’an dernier (3000€ da Katiola Solidarité et 1000€ accordés par l’association du patronat chrétien) et du mécénat de sa famille mobilisé par son épouse Brigitte, Christian Dionis a fait une étude poussée du marché de la machine à bois d’occasion et a pu procéder à des achats pertinents pour une valeur totale de 10.000€ :

– Groupe d’aspiration indispensable pour certaines essences de bois exotique (trouvé pour 500€ à Pau)

– Mortaiseuse ancienne (300 kg) sans « un poil » de jeu, donnée.

– Cinq machines trouvées à Carquefou près de Nantes; il s’agit de machines déclassées qui auraient dû partir pour l’export; elles ont été révisées (200€ de frais de pièces), enrubannées, prêtes à partir pour Lille où elles seront chargées en conteneurs.

  • Dégauchisseuse: 1200€ (valeur: 3500€)
  • Raboteuse Chambon 630 mm: 2400€ (valeur: 2700€)
  • Tenonneuse STEMA: 700€ (valeur: 800€)
  • Scie à format KAMRO: 1000€ (valeur: 1200€)
  • Toupie tenonneuse Chambon: 1000€ (valeur: 1500€)

Total de l’achat: 6.300€ HT (valeur: 9.700€)

– Poste de soudure à l’arc ventilé, refroidi (le poste offert l’an dernier ne fonctionne pas à cause du climat trop chaud: 45° dans l’atelier.

Les achats ont porté aussi sur du petit outillage et des fournitures:

– Ciseaux à bois

– Affûteuse pour les fers

– Nouveau jeu de fers de mortaiseuse

– Compresseur d’air

– Vis à bois: 6 kg soit 10.000 vis

Remarque de Christian Dionis, passablement dépité: il a organisé trois réunions avec projection dans le Bazadais en 2016 pour rassembler des fonds permettant de financer son projet: il n’a récolté en tout et pour tout qu’un chèque de 150€….!

Le projet de Christian et Brigitte Dionis est de repartir pour Katiola en janvier et février 2018 installer les machines achetées et poursuivre les actions engagées lors de leur premier séjour.

Questions diverses

La présidente reprend la parole et interpelle l’assistance, sans succès immédiat, sur deux points :

– Toute suggestion d’activités nouvelles, mais lucratives sera accueillie bien entendu de grand cœur.

– Le Conseil est constitué de sept administrateurs. Il est souhaitable de l’étoffer pour répartir les responsabilités sur un groupe plus nombreux. On peut statutairement aller jusqu’à 12. Cela est d’autant plus nécessaire que certains membres du bureau souhaitent être prochainement remplacés, à commencer par la présidente.

Le père Jonas redemande la parole pour répondre à une question non exprimée mais logique: le père Sylvain Arnaud qui est nommé à La Teste lui a demandé s’il pouvait, l’été prochain, le remplacer pendant ses vacances. Aussi certains s’interrogent: le père Jonas va-t-il quitter de ce fait le Bazadais pour se consacrer désormais l’été au Bassin d’Arcachon. Rien n’est décidé aujourd’hui, le père Jonas se réservant d’en parler prochainement avec les deux prêtres qui vont prendre la suite du père Arnaud à Bazas. Quoi qu’il en soit, il prévoit de revenir en Bazadais, « même pas invité »; ce n’est pas obligé que ce soit pendant l’été.

Aucune question diverse n’étant posée, la présidente clos l’assemblée générale en conviant l’assistance « au pot de l’amitié ».

Réunion du Conseil d’administration le jeudi 7 septembre à Aubiac

Le conseil d’administration s’est réuni, comme cela est statutaire dans les quinze jours suivant l’assemblée générale, pour l’élection du bureau; la réunion était convoquée pour 19 h chez la présidente. Tous les administrateurs étaient présents sauf Francis Cruse excusé.

Voici la composition du nouveau bureau.

Présidente: Marie Antoinette Lluis

Vice présidente: Béatrice Boudeau

Trésorière: Frédérique Faget

Trésorière adjointe: Hélène Ayache

Secrétaire: Bruno Pourchet

Secrétaire adjoint: Francis Cruse

Joelle Clave et Michelle Benays complètent le bureau pour former le Conseil d’administration.

 

Sur convocation de la Caritas Diocésaine de Katiola, une équipe de dix (10) personnes s’est réunie le samedi 10 décembre 2016 dans les locaux de la menuiserie Saint Joseph de Katiola de 09h 30min à 11h 22min en vue de réfléchir sur l’amélioration de la qualité des prestations de ladite structure. (…..)

Après la prière d’entrée, le Père Jonas Kigninlman Koné a procédé à la lecture des termes de référence dont l’objectif général est l’amélioration du savoir-faire et des prestations de la menuiserie Saint Joseph de Katiola.

A la suite de la présentation des participants, la parole a été donnée à M. DIONIS Christian pour faire l’état des lieux. Enseignant Technique à la retraite, venu de la France partager son expérience, après une semaine de travaux avec le personnel de la menuiserie, M. DIONIS Christian a relevé ce qui suit ;

  • Equipement trop vieux et irréparable,
  • Utilisation du bois vert et essences non réglementaire pour un travail de qualité par la menuiserie pour les travaux,
  • Investissement Insuffisant et à perte (bois scié à la tronçonneuse),
  • Machines dangereuses pour le personnel,
  • Manque de sécurité sociale (pas d’assurance pour le personnel, la menuiserie ne respecte pas les normes de sécurité de travail, etc….)
  • Frustration des clients,
  • Risque de poursuite judiciaire en cas d’accident voire la fermeture de l’établissement en cas de contrôle de l’Inspection du travail.

Après l’exposé, l’assemblée a félicité M. DIONIS Christian pour son expertise et son professionnalisme. Les problèmes de la menuiserie étant identifiés, des propositions de solutions ont été faite. Ainsi, nous avons noté entre autres :

  • Déclarer le personnel de la menuiserie à la CNPS,
  • Remotiver le personnel,
  • Réorganiser le travail à la menuiserie,
  • Former les responsables de la menuiserie,
  • Remplacer certaines machines telle que la dégauchisseuse, la toupie, la mortaiseuse et la raboteuse.
  • Réparer la scie à ruban,
  • Renouveler le petit matériel de travail,
  • Pour un souci d’organisation, une machine combinée ne serait pas adaptée
  • Signer des contrats d’apprentissage visant la continuité de la structure,
  • Corriger les mauvaises habitudes,
  • Aménager une air de stockage pour un meilleur séchage du bois,
  • Commander une mission à Daloa afin d’apprécier l’approvisionnement en bois de scierie,
  • Monter un dossier qui présente les besoins d’approvisionnement en bois, machine et équipements pour la recherche de financement,
  • Adresser un courrier à l’ASCDKA pour une contribution aux charges sociales du personnel,
  • Créer dans l’enceinte de la menuiserie un atelier fer,

Les responsabilités des actions à mener pour des prestations de qualité à la  menuiserie ont été partagées entre M. DIONIS, les Responsables de la menuiserie, la Caritas Diocésaine et l’ASCDKA comme suit :

Pour finir, une visite guidée des lieux s’en est suivi pour mieux appréhender les défis à relever. La séance a pris fin, il était 11h 22min par les mots de remerciements.

sb14-2

Quelques nouvelles de Katiola

du 18 Novembre 2016 – Père Jonas Koné

Chacun peut porter sa pierre à l’édification d’un monde meilleur 

Histoire du projet d’école de Kapissorivogo 

Après la sensibilisation faites par Caritas Katiola dans le cadre du projet LIANE ; notamment en son volet (lutte contre les violences faites aux femmes et formes de discrimination dont la non scolarisation des petites filles), les habitants des villages de Kapissorivogo, Pitchovogo et Doulovogo à la périphérie de Ferké, ont décidé de créer cette école communautaire. Les actions réalisées par l’organisation des villageois : 

Année scolaire 2015-2016      

– Construction d’une hutte servant de classe    
– Recrutement d’un enseignant volontaire    

– Inscription de 54 enfants dont 31 filles à l’école.

Année scolaire 2016-2017

Cette école a été inscrite sur la carte scolaire de l’IEP de Ferké et 2 enseignantes y ont été affectées.
Les actions réalisées par l’organisation des villageois :    
– Construction d’une deuxième hutte servant de classe    
– Mobilisation pour l’entretien des alentours et de la cour de l’école
– Ramassage manuel de sable et de gravier pour les futurs travaux de construction de l’école    
– Cotisations pour commande de chargements de sable    

– Achat de 20 table-bancs d’occasion.

Les besoins urgents exprimés

Compte tenu de l’effectif des enfants (67 en évolution) le besoin immédiat exprimé par les enseignantes est celui de table-bancs supplémentaires afin de désengorger la vingtaine fournie par les parents.

Ce que fait le CARITAS DIOCESAINE DE KATIOLA ?

Après avoir l’instrument à l’origine de cette bonne initiative, nous l’accompagnons :    
– En aidant les villageois à se l’approprier sur le long terme     
– En mobilisant des bonnes volontés pour les soutenir.

M E R C I !

18 Novembre 2016 Père Jonas Koné

sb14-2

CAUSERIE ANIMÉE PAR LE PÈRE JONAS KONE
en la Cathédrale Saint Jean Baptiste de Bazas
Le 2 septembre 2016
 
PRÉSENTATION DU MINISTÈRE DE CARITAS KATIOLA
 
  • « Caritas est une partie vitale de l’Eglise. Sans la charité, il n’y a pas d’Eglise. Et Caritas est l’institution de l’amour de l’Eglise, et celle-ci s’institutionnalise elle-même dans Caritas » (Message du Pape François aux membres du RepCo de Caritas Internationalis en mai 2013).
Il s’agit pour nous de développer un volet de l’annonce de la Bonne Nouvelle resté peu organisé.
En effet, la Bonne Nouvelle du salut en Jésus Christ se traduit aussi à travers l’attention portée aux plus faibles.
Le Christ lui même nous en montre le chemin ; alors qu’il parcourait villes et village pour enseigner, aucune souffrance humaine ne le laissait indifférent : paralytiques, aveugles, sourds muets, femmes souffrant de maladie intime, les injustices, les rejets, l’ignorance et toutes sortes de pauvretés (morales, physiques, spirituelles….)
Toutes ces souffrances qui ternissent la dignité et l’image de Dieu en chaque être humain, le Seigneur invite ses disciples à s’y attaquer sans répit.
 
Petit survol de l’organisation de la charité dans l’Eglise
L’histoire de l’Eglise depuis les apôtres qui organisèrent la première communauté chrétienne au profit des membres les plus faibles de la communauté, jusqu’à nous, regorge de charismes divers en la matière.
 
En France
L’histoire de l’Europe et en particulier celle de la France, en dépit de quelques passages obscurs, s’est construite surtout avec l’engagement d’une Eglise constamment reconnaissable à ses œuvres sociales et caritatives. Les organisations ou personnes d’Eglise engagées contre la pauvreté depuis des siècles, ne sont plus à compter….
 
L’évangélisation en Afrique et en Côte d’Ivoire.
Commencée à la fin du XIXème siècle (1895) après quelques tentatives infructueuses au 17ème et 18ème siècle, la mission de l’annonce et de l’enseignement de la foi en Jésus Christ s’est automatiquement accompagnée d’œuvres à caractère social et caritatif : école, centres de santé, de formations diverses, prise en charge des souffrances…
L’histoire de l’ouverture des intelligences africaines aux réalités d’autres mondes s’est faite en grande partie grâce à l’œuvre missionnaire…
La plupart des premiers intellectuels et cadres ivoiriens reconnaissent le rôle déterminant œuvres des missionnaires dans leurs vies….
 
Autrefois terre de mission, la Côte d’Ivoire dispose maintenant d’un clergé à 99% autochtone…. (Plus de 3000 prêtres pour 23 000 000 millions d’habitant) réparti sur 15 diocèses.
 
Le Diocèse de Katiola qui s’étend du centre à l’extrême nord de la Côte d’Ivoire couvre un territoire 32 832 Km2, 2 régions administratives subdivisées en 6 territoires préfectoraux avec une population d’environ 900 000 habitants.
L’histoire de l’Eglise sur ce territoire remonte au début du XXème siècle (1909).
Comme dans les autres régions, l’annonce de l’Evangile s’est aussi accompagnée d’œuvres de charité et de développement humain.
 
Vers la fin des années 70, période de vaches grasses pour la Côte d’Ivoire, plusieurs institutions ont été cédées à l’Etat (Écoles primaires, secondaires, dispensaires…). Cependant, l’Eglise a continué de garder encore quelques œuvres là où c’était encore supportable ou absolument indispensable, gérées par des congrégations religieuses.
 
Au début des années 90, la crise économique causée par la chute des prix du cacao et du café, a entraîné une régression de toutes les avancées, notamment au plan social.
La dégradation des conditions de vie des populations s’est poursuivie et accentuée avec plus d’une décennie de troubles sociopolitiques entre 1999 et 2011.
 
Lors de la guerre militaro-civile qu’a connu la Côte d’Ivoire en 2002, l’Eglise, par Caritas, a été en première ligne pour porter secours aux populations sinistrées.
C’est depuis lors la nécessité de mieux organiser cette mission essentielle de l’Eglise est devenue une évidence. Il était indispensable de redynamiser le réseau Caritas Côte d’Ivoire…
Avec le soutient du réseau Caritas international et principalement Secours Catholique Caritas France, Caritas Côte d’Ivoire a œuvré pour le développement des coordinations diocésaines fortes et dynamiques.
 
La Caritas Diocésaine de Katiola :
Organigramme 
CA
Equipe de coordination
 
dsc09011
Le Directeur Diocésain et son équipe
 

A / Activités principales :

  • Renforcement des capacités
  • Prêtres ;
  • Comités Paroissiaux de Caritas (CPC) ;
  • Autres personnes en fonction des besoins ou de l’activité. 
  • Création d’écoles (suite d’une campagne de sensibilisation menée en 2015… 53 enfants dont 31 filles… Possibilité de parrainage.) 
  • Financement d’Activités Génératrices de Revenus (AGR) pour des groupements de femmes et de jeunes (+ de 15 000 euros en 2015) 
  • Bibliothèque Caritas 
  • Supervision des activités 
  • handicap enfants, (En souffrance) 
  • Don de médicaments 
  • Cantine hospitalières (2900€) 2000 repas offerts en mai et juin. 
  • COGEST Cantine Hospitalières.
  • Prise en charge VIH (10 000 euros) FNLS
  • Animation rurale. 
  • Financement Katiola Solidarité

B / Financement propre

 
sb14-2
 
ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 26 AOÛT 2016
 
Salle des fêtes d’Aubiac 17 h 30
Quorum requis: 66/3 = 22
Présents: 30  (+ 4 nouveaux cotisants)
Pouvoirs: 0
Total: 34
Le quorum est donc atteint; l’assemblée peut valablement délibérer.
 
Marie Antoinette Lluis, présidente de l’association, ouvre l’assemblée générale en se félicitant de la nombreuse assistance causée certainement par la présence du père Jonas; elle remercie le Conseil municipal d’Aubiac d’avoir bien voulu mettre la salle des fêtes de la commune à disposition de l’association et cela gratuitement. Elle remercie le père Joseph Pelloquin, curé in solidum de toutes les paroisses des deux secteurs pastoraux de Langon et Podensac, d’être venu en voisin, mais en voisin concerné pour avoir séjourné en Côte d’Ivoire; il est accompagné de Philippe Hernandez, diacre sur Langon, que beaucoup d’assistants connaissent. Elle évoque la mémoire du père Michel Garceau décédé ce mois d’août, lequel était membre actif et efficace de l’association Katiola Solidarité.
 
Rapport moral
Le Conseil d’administration de l’association a pris la décision de repousser la date de l’assemblée générale en août pour que le père Jonas puisse y participer. Aussi, le rapport d’activité concernera l’année 2015 mais aussi le premier semestre 2016.
 
 
Manifestations passées:
 
Marché aux fleurs du 8 mai (en 2015 et en 2016)
 
Opération « Croix de saint Jean » (en 2015 et 2016)    
 
Opération « couronnes de l’Avent »
 
Marché de Noël à Bazas
 
Lotos: 5 dont 4 à Captieux (7 mars, 11 avril et 5 septembre et 7 novembre) et un au Nizan le 5 juillet. On constate une certaine lassitude des organisateurs aggravée par les faibles résultats financiers
 
Vide grenier: 2 à Captieux les dimanche 1er février et 4 octobre; ces vide greniers commencent à être appréciés des exposants et des chineurs car ils ont lieu dans un lieu couvert et chauffé ce qui est loin d’être le cas général.
 
Concert à la cathédrale le 27 mai avec l’ensemble basque de Bordeaux (bon succès pour un coup d’essai…!)
 
Accompagnement du père Jonas en août 2015 dans ses différentes réunions d’information avec tenue d’un stand.
 
 
Manifestations à venir:
 
Loto le 10 septembre à Captieux                                                     
 
Vide grenier le 20 novembre à Captieux
 
Couronnes de l’Avent fin novembre
 
Marché de Noël à Bazas début décembre
 
Vide grenier le 5 février à Captieux
 
Concert de trompe et orgue à Bazas (Cathédrale) en préparation pour le 21 avril
 
Marché aux fleurs le 8 mai
 
Croix de Saint Jean en juin
 
Lors de toutes ces manifestations, l’association tient un stand pour se faire mieux connaître mais aussi pour vendre des produits africains rapportés de Côte d’ivoire( secteurs de Katiola et Korhogo) tels que des tissus, des savons (50 en 2015, 60 en 2016) et du beurre de karité.
 
 Au résultat, l’association a été en mesure d’envoyer à la Caritas de Katiola pour l’opération Doussoulokaha en deux fois la somme de 5700€, produit de l’activité 2015. C’est moins que l’année précédente; le nombre de lotos a dû être réduit  car ils n’ont pas été tous fructueux; par ailleurs, la salle de Captieux n’est plus prêtée gracieusement qu’une fois par trimestre. Enfin, il ne faut pas cacher une certaine lassitude des personnes véritablement impliquées par la préparation des lotos,  lesquelles ne sont que deux ou trois. Chaque loto nécessite d’investir entre 1200 et 1500€; les résultats ne sont plus à la hauteur des sommes engagées et de l’effort déployé; Le Conseil d’administration cherche à se désengager des lotos dont la rentabilité est désormais trop faible mais il manque d’imagination pour trouver de nouvelles activités lucratives. L’association manque par ailleurs vraiment d’adhérents actifs.
 
Le projet Dionis:
 
Christian et Brigitte Dionis ont prévu de partir fin novembre passer trois mois à Katiola pour monter un centre de formation aux métiers du bâtiment. Il est prévu d’acheter là bas le matériel nécessaire pour environ 2000€, celui existant étant en trop mauvais état pour pouvoir être utilisé dans de bonnes conditions de sécurité.
 
Le rapport moral est approuvé à l’unanimité.
 
 
Rapport financier  présenté par Hélène Ayache, trésorière de l’association.
 
 
RECETTES NETTES 2015
 
2 vide-greniers                609.90 €
4 Lotos                            1396.25 €
Marché aux fleurs           267.00 €
Croix de St Jean               250.00 €
Couronnes de l’Avent    640.00 €
Marché de Noël               266.00 €
Ventes de produits        1079.29 €
Cotisations                        660.00 €
Dons                                   435.00 €
                                 —————————
TOTAL                             5603.44 €
 
Virements à la Caritas de Katiola en 2015 :
Janvier                      5800.00 €
Août                         2700.00 €
Décembre                3000.00 €
 
Situation comptable au 31/12/2015 comparée à celle du 31/01/2015
 
  31/01/2015 31/12/2015 évolution
CRCAM
Compte chèque
174,03 1275,58 +1101,55
CRCAM Livret A 1375,84 82,42 -1293,42
Encaisse 508,13 0,00 -508,13
Total 2058,00 1358,00 -700,00
 
Au 31/12/2014, il y avait 6256€ sur le compte chèque de l’association au Crédit agricole de Bazas, la somme de 5800€ qui avait été envoyée à la Caritas de Katiola en décembre n’ayant pas été encore débitée.
Katiola Solidarité a pu envoyer en août et décembre 2015 les sommes de 2700 et 3000€ soit au total sur l’année 5700€; mais comme en même temps l’association s’est appauvrie de 700€, on peut considérer que le produit réel de l’activité 2015 est en fait de 5000€
 
                               Recettes nettes 1er semestre 2016
 
Vide grenier                                     850.41 €
Marché aux fleurs                          275.00 €
Croix de St Jean                              247.00 €
Concert                                          1402.44 €
Loto                                                  105.39 €
Dons                                                   40.00 €
                                         ———————————
TOTAL                                            2920.74 €  
 
 
Pour 2016 est prévu un virement de 3000€ en septembre et un autre virement en décembre.
 
Le compte financier est approuvé à l’unanimité.
 
 
Exposé du père Jonas
 
Le père Jonas remercie l’association, ses adhérents et ses dirigeants pour leur soutien aux activités de la Caritas de Katiola. Il explique que la Caritas a souhaité que son action soutenue tout au long de l’année soit bien précisée d’avance. Pour cela, un plan de développement local a été établi. Dans ce plan figure en particulier le soutien à des micro-projets économiques. L’appui au village de Doussoulokaha en fait partie. A noter que deux petits groupements ont été joints au groupement de femmes de Doussoulokaha pour des commodités de gestion: Kipékipévigo (existe depuis 10 ans) et Unandiéka (en devenir). Pour 2016 est espéré de la part de Katiola Solidarité une aide significative budgétée à 12.000€ (il n’est pas interdit d’être optimiste…!). La Caritas est assez prudente et ne débloque les financements que lorsque les projets sont vraiment aboutis, finalisés. Parfois, en effet, la concrétisation est assez différente du projet; on s’est rendu compte souvent d’importantes lacunes dans la réalisation des projets: il a été dit dans certains cas aux villageois: « vous ressemblez à des gens qui ont des motos mais qui les poussent »…! Pour accompagner les projets, une animatrice expérimentée, Alice Sozo (de Korhogo), a été recrutée; elle a commencé son travail en juin 2016.
Dans le cas du groupement de femmes de Doussoulokaha, il s’avère que le projet a été mené trop rapidement: s’il est vrai que l’équipement est désormais opérationnel, il n’est pas utilisé pour des problèmes organisationnels : le groupement a éclaté en quatre entités qui travaillent indépendamment: il faut tout reprendre avec méthode; cela devrait pouvoir se faire grâce aux visites de la technicienne de la Caritas tous les deux mois.
 
Questions diverses
 
La présidente reprend la parole et interpelle l’assistance: toute suggestion d’activités nouvelles, mais lucratives seront accueillies de grand cœur.
  • Est proposé l’organisation d’une journée africaine avec repas africain et concert d’une chorale de Talence spécialisée dans les chants africains et les gospels.
 
Election d’un nouvel administrateur:
 
Le Conseil est constitué de sept administrateurs. Il est souhaitable de l’étoffer pour répartir les responsabilités sur un groupe plus nombreux.
 
L’article 10 des statuts de l’association précise:
« L’association est dirigée par un conseil d’administration de 5 à 12 membres élus pour 3 années. Le conseil d’administration est renouvelé intégralement tous les trois ans. 
Les administrateurs sortants sont rééligibles. En cas de vacance de poste, le conseil d’administration pourvoit provisoirement au remplacement de ses membres. Il est procédé à leur remplacement définitif à la plus prochaine assemblée générale. Les pouvoirs des membres ainsi élus prennent fin à l’époque où devait normalement expirer le mandat des membres remplacés.
 »
 
Une nouvelle candidature se présente à l’assemblée générale:
 
Michelle Benays de Bazas
 
Cette candidate est élue à l’unanimité au Conseil d’administration.
 
Aucune question diverse n’étant posée, la présidente clos l’assemblée générale en conviant l’assistance « au pot de l’amitié ».