Accueil

BLOG KATIOLA

 

Vœux du Jour de l’An

Une nouvelle année commence avec son lot de souhaits, de résolutions, de fêtes et de rencontres. Peut-être aussi avec la nostalgie du temps qui file, du compte des ans qui rappelle notre fragilité humaine. Une nouvelle année nous questionne sur le sens de notre vie, de nos engagements, de nos activités. En ce temps où les rires déployés côtoient souvent les sentiments de cœur, qu’est-ce que je peux vous offrir ?

Bonne Année à Moi

Prenons-nous suffisamment le temps de réfléchir sur notre vie pour en saisir le sens ?

En prenant le temps de s’arrêter, de faire silence et paix en nous, nous pouvons connaître la présence de Dieu au cœur de notre histoire personnelle. Dans une société en perpétuel changement qui impose des conditions de vie parfois difficiles, la paix intérieure est nécessaire à l’instauration de relations harmonieuses entre les personnes. En prenant le temps de réfléchir les événements que je vis, je vivrai certainement une bonne année.

Bonne Année à Toi

Nos relations avec les autres sont tissées d’amitié et de tensions. Et pourtant, c’est au cœur de ces relations que notre vie prend un sens. En ce temps où l’on échange généreusement des vœux, je vous suggère le plus beau des souhaits : souhaiter la paix aux personnes que vous rencontrerez. Je vous souhaite d’être des artisans de paix au milieu de votre communauté par votre respect à l’égard des démunis, des étrangers et des personnes qui ont été blessées d’une manière ou d’une autre par la vie. En vivant en paix les uns et les autres, votre qualité de vie chrétienne sera un témoignage pour ceux qui cherchent…

Bonne Année à Dieu

Ah ! Voilà des vœux originaux ! Comment souhaiter une « Bonne Année à Dieu » ? Simplement en Le bénissant. Si, cette année, je prenais le temps de prier pour les personnes et les événements qui tissent mon quotidien. Bénir le Seigneur pour le don de la vie, pour l’enfant qui naît, pour l’adolescent qui expérimente à travers des échecs, pour le couple qui se donne une chance, pour le malade qui assume avec courage son état, pour la beauté de la nature… Alors, je passerai une bonne année avec Dieu.

Le Jour de l’An, c’est aussi une occasion pour les chefs de familles d’étendre la main et d’appeler sur les leurs la bénédiction de Dieu. Vous êtes au cœur de vos familles le cœur et la main de Dieu par où passent l’amour et le pain. N’hésitez pas à bénir les vôtres au nom du Père, de son Fils Jésus et de l’Esprit, car c’est d’eux que viennent tous ces biens que nos cœurs attendent. Bonne et heureuse année à tous. Je vous bénis.. du Père Robert Jolicoeur, Prêtre diocésain au Canada     https://www.lavictoiredelamour.org/main.php?t=lettrepretre&i=53

 

AUMÔNERIE

JANVIER

Conversion de St Paul Évêque et docteur de l’Eglise

Sur la route de Damas, à la tête d’une troupe de fanatiques, chemine un homme de trente ans, qu’on appelle alors Saul. Juif de race, grec de fréquentation, et politiquement romain, il a bénéficié de trois cultures, il connait le grec, l’araméen et l’hébreu. Il revendique une double citoyenneté, celle de Tarse et celle de Rome. A Tarse, sa ville natale, il n’a fréquenté que les écoles de grammaire, puis il est allé chercher à Jérusalem sa culture supérieure à l’école de Gamaliel. Moins tolérant que son maître il s’est vite mué en persécuteur des chrétiens. On le voit garder les vêtements de ceux qui lapident Etienne, ravager l’Eglise de Jérusalem et obtenir un mandat officiel pour engager des poursuites contre les chrétiens de Damas.

Avant de parvenir à Damas, Saul rencontre le Christ et sa destinée en est toute changée. De ce grand événement, nous possédons trois récits inspirés : saint Paul rapporte lui-même les faits dans son discours apologétique aux Juifs de Jérusalem et dans son éloquente plaidoirie devant le roi Agrippa ; saint Luc raconte cet épisode au début des Actes des Apôtres.

Ainsi, Saul voit apparaître dans la gloire le Christ ressuscité. Saul n’est pas un incroyant qui découvre Dieu, ni un pécheur qui veut se libérer de ses fautes, de ses négligences ou de son indifférence. S’il se convertit, c’est plus par un dépassement de sa foi première que par une répudiation de ses erreurs, qu’un retour à l’innocence perdue. Il croyait à la Loi et aux prophètes, il croyait que les promesses divines se réaliseraient et que le Messie viendrait. Dans sa conversion, il apprend et accepte, pour en faire la règle de sa vie, qu’avant il ne croyait pas en Jésus ! Il n’avait pas saisi que Jésus est le véritable accomplissement des prophéties, le propre Fils de Dieu, le Sauveur du monde, le ressuscité du matin de Pâques. Passer du judaïsme au christianisme n’était donc pas renier le passé religieux d’Israël mais le retrouver transfiguré dans ses providentiels achèvements.

On ne saurait trop insister sur le caractère personnel de ce brusque face à face. Saul signale la soudaine irruption d’une lumière qui dépasse l’éclat du plein midi et qui l’enveloppe ainsi que son escorte. Un choc violent les renverse tous à terre, tandis qu’ils entendent le son d’une voix. Mais la lumière et le langage demeurent indistincts pour son entourage. Lui seul voit quelqu’un dans la gloire et perçoit nettement le message qui lui est exclusivement destiné. Celui qui interpelle si familièrement son adversaire montre qu’il a pénétré jusqu’à ses intentions les plus secrètes : c’est le Christ qu’il poursuit et qu’il atteint dans les chrétiens : «Je suis Jésus, celui que tu persécutes

La formulation de l’identité s’accompagne d’une invitation à la docilité : il est temps de mettre fin aux égarements d’une âme que vient stimuler l’aiguillon de la grâce. Saul n’hésitera pas à se livrer sur-le-champ en s’écriant : «Seigneur, que voulez-vous que je fasse ?»

Trois faits semblent avoir particulièrement impressionné l’âme de saint Paul au chemin de Damas : la vie du Christ dans la gloire, sa présence mystérieuse dans ses fidèles, et son retour anticipé. Le Christ est donc simultanément le personnage transcendant du ciel, de l’histoire et de l’apocalypse. Sous l’effet de la lumière intérieure qui l’éclaire soudain sur la portée des Ecritures, Saul voit dans le Christ l’aboutissement de l’Ancien Testament et la réalisation des prophéties. Saul sait maintenant que les longues préparations sont terminées : l’humanité se trouve désormais engagée dans cette période qu’il désignera par « la plénitude des temps »

Tarse (l’actuelle Tarsus en Turquie) est une ville de Cilicie plane.

Gamaliel était un pharisien très influent, « docteur de la Loi, respecté de tout le peuple » (Actes des Apôtres, V 34).  Chef d’une école rabbinique, il fut le maître de saint Paul (Actes des Apôtres, XXII 3). Gamaliel était membre du Sanhédrin lors de l’arrestation des Apôtres (Actes des Apôtres, V 34), et c’est grâce à son intervention prudente et lucide, qu’ils échappèrent à la condamnation capitale. Il mourut en 70.   http://missel.free.fr/Sanctoral/01/25.php

La semaine de Prière pour l’Unité des Chrétiens est célébrée du 18 au 25 janvier, entre la commémoration de la confession de foi de saint Pierre et celle de la conversion de saint Paul.

Thème 2018  

 « Le Seigneur est ma force et ma louange, il est mon libérateur. »

Prière du P. Paul Couturier

Seigneur Jésus, à la veille de mourir pour nous,
Tu as prié pour que tous tes disciples soient parfaitement un,
Comme toi en ton Père et ton Père en toi. 
Fais-nous donc ressentir jusqu’à la douleur 
L’infidélité de notre désunion.
Donne-nous la loyauté de reconnaître.
Et le courage de rejeter.
Ce qui se cache en nous d’indifférence, de méfiance,
Et même d’hostilité mutuelles.
Accorde-nous de nous rencontrer en toi,
Afin que monte incessamment de nos âmes et de nos lèvres,
La prière pour l’unité des chrétiens,
Telle que tu la veux, par les moyens que tu veux.
En toi, qui es la Charité parfaite,
Fais-nous trouver la voie qui conduit à l’unité,
Dans l’obéissance à ton amour et à ta vérité.